top of page

eFootball 2023 : le responsable des partenariats explique pourquoi Konami mise beaucoup sur l'Italie

Dernière mise à jour : 3 nov. 2022



Ce week-end de la Toussaint, la ville de Lucques (Lucca), près de Pise, en Italie, accueillait son traditionnel festival Comics & Games. A cette occasion, le responsable des partenariats de Konami Digital Entertainment Europe, David Monk, a donné une conférence d'une quarantaine de minutes dédiée à eFootball.


En voici un résumé, pas forcement chronologique, car la conversation était relativement décousue, mais plutôt classé par thèmes abordés, pour plus de clarté.


"Une année difficile"


"Nous avons, de toute évidence, connu une année difficile avec la version 0.9 d'eFootball, mais nous avons fait du chemin depuis et nous avons à nouveau le sentiment de développer un jeu pour les gens, pour la communauté qui nous est restée fidèle, ici en Italie", a reconnu le successeur de Jonas Lygaard (désormais président du club de Sønderjysk en deuxième division danoise) en guise de préambule.


"C'était vraiment un moment difficile", a-t-il insisté un peu plus tard au cours de la conférence. "Nous étions des pionniers vous savez. Toute entreprise innovante, que ce soit dans le jeu vidéo ou tout autre domaine, si elle est la première à bouger, à sortir du bois, n'a aucun modèle à suivre, donc nous étions plutôt en train de tracer le chemin des jeux en free-to-play sur consoles. Et ça, c'était une marche monumentale à gravir que d'entrer sur le marcher des jeux free-to-play. Ce dernier est sans barrières pour les utilisateurs et nous avons augmenté de manière significative notre nombre d'utilisateurs grâce à ce modèle économique."


"Désormais, c'est davantage une plateforme qu'un jeu traditionnel. Cela nous permet de la faire évoluer constamment selon les besoins de la communauté. Nous sommes passés, avec un gros effort de développement, qui a pris du temps, de la 0.9 à eFootball 2023 qui est un jeu gratuit et compétitif qui va encore être enrichi à l'avenir."


A propos des violentes critiques qui ont accompagné le lancement d'eFootball en septembre 2021, évoquées par l'animateur de la conférence : "Regardez l'histoire de Konami, pendant 26 ans, nous avons sorti le titre (ISS puis PES) chaque année et nous avons une grande expérience dans cette industrie. La simulation de football n'a réellement que deux grands acteurs dans sa catégorie et, vous savez, c'est très difficile pour les développeurs de produire des simulations de football. Nous avons l'expérience, nous avons la connaissance pour nous en remettre et nous nous en sommes remis."


En reprenant une métaphore de l'animateur sur l'enfance, David Monk a expliqué qu'eFootball avait passé les deux âges les plus difficiles, celui du nourrisson puis du tout petit enfant et qu'il était désormais "à la maternelle", capable "d'apprendre et d'appliquer ce qu'il avait appris. Il découvre le monde, il est désormais capable de montrer sa connaissance, il est passé d'un enfant turbulent à désormais capable d'être poli et d'interagir avec les gens à un niveau humain."



L'Italie, marché prioritaire


Sans surprise, David Monk a rappelé que l'Italie, grand pays de fans de PES, était l'un des principaux marchés pour eFootball. "Mon rôle a été stratégiquement concentré sur le fait de m'assurer que l'Italie était une priorité pour nous, au niveau européen, mais aussi mondial. Et vous le verrez avec tous nos clubs partenaires figurant actuellement parmi les meilleurs clubs italiens et la manière dont nous les mettons en avant au même titre que d'autres très grands clubs au niveau mondial [...] Nous avons sept clubs partenaires en Italie (AC Milan, Inter, Lazio, AS Roma, Napoli, Atalanta, Monza), c'est plus que dans n'importe quel pays dans le monde ! Et ce ne sont pas juste des partenariats, nous avons également des licences exclusives".


David Monk a rappelé que les joueurs italiens comptaient parmi les meilleurs aux monde, citant en exemple la victoire de la Squadra Azzurra à l'eEuro 2020 sur PES ou encore celle de xNaples17x à l'eFootball Championship Open 2022 sur Xbox. "Et c'est une réelle opportunité pour construire des projets pour les joueurs compétitifs en Italie, du niveau amateur, au monde pro".


Les deux clubs de Milan bientôt exclusifs


A peine un quart d'heure après le début de la conférence, David monk a lâché une petite bombe : "Nous sommes actuellement le seul jeu disponible en Italie où vous pouvez jouer avec le Napoli, la Roma, la Lazio... et bientôt, dans une ou deux saisons, le seul jeu où vous pourrez jouer réellement avec l'AC Milan et l'Inter." Jamais, jusqu'ici, Konami n'avais évoqué d'exclusivité concernant les deux clubs milanais dans sa sa communication officielle ! David Monk est revenu à cette occasion à la métaphore sur l'enfance : "Le chemin que nous allons suivre est celui d'un étudiant brillant, mais actuellement, nous nous apprêtons à entrer à l'école primaire."


"Nous sommes une compagnie japonaise, basée au Japon, mais qui a une affinité particulière avec les pays latins qui ont eu aussi une forte affinité avec la culture japonaise à travers les anime et les mangas... C'est un terrain très favorable pour des développeurs japonais, et en particulier en Italie. Mon premier job a été de voir sur quel marché nous pourrions tirer notre épingle du jeu et l'Italie m'a sauté aux yeux. Il y a d'abord cette affinité culturelle mais aussi la situation à propos des licences dans le football européen. Il y a la Premier League, la Bundesliga et la Liga qui ont centralisés leurs contrats avec notre concurrent. Nous devions identifier quel était le marché sur lequel nous pouvions enrichir notre portefeuille de licences et tirer avantage de licences exclusives comme l'a fait notre concurrent dans les territoires précédemment mentionnés. Et l'aventure a vraiment commencé à partir de ce point."


"C'était vraiment une étude de marché. Il s'est alors agit de mettre au point une véritable stratégie spécifique pour l'Italie. A la base je viens du monde du football et je ne travaille dans l'industrie du jeu vidéo que depuis 3 ans. J'adore le football italien, les japonais adorent le football italien, je pense à Idetoshi Nakata, à Keisuke Honda, à David Platt, Paul Gascoigne, Paul Ince, Roberto Baggio... Il fallait donc bâtir une relation avec les clubs italiens clés et entamer des discussions sur comment créer de la valeur ajoutée pour le club et pour nos fans, nos utilisateurs."


"Nous préférerions que rien ne soit exclusif"


Après sa déclaration d'amour au Calcio, David Monk s'est fendu d'une petite pique à Electronic Arts, que Konami tente de bousculer comme il peut sur le marché des licences exclusives tout en faisant, un peu paradoxalement, le vœu d'y recourir le moins possible : "Si nous devions redéfinir le marché des licences pour les jeux vidéos, nous préférerions que rien ne soit exclusif, rien, aucune ligue, aucun club... Et dans ce cas là, on pourrait juger quel jeu est réellement le meilleur, les utilisateurs pourraient décider et tout le monde pourrait jouer avec toutes les équipes et toutes les licences."


Interrogé sur le sponsoring, notamment la présence du logo d'eFootball sur les tenues d'entraînement de Milan et de l'Inter, ou encore le naming du centre d'entraînement du Napoli, David Monk a expliqué que la problématique de Konami était de gagner plus de visibilité tout en pouvant l'implémenter dans le jeu. Et vous voyez dans le jeu, au moment de l'échauffement, le logo d'eFootball sur les tenues de l'AC Milan et dans le dos de celles de l'Inter, et tout ça fait partie du plan. Tout cela était planifié, de gagner de la visibilité et d'implémenter quelque chose qui fait partie de la vraie vie dans le jeu, spécialement pour l'Italie."



Un nouveau projet eSport en Italie


"Nous voyons maintenant que nous avons la fondation en place pour aller de l'avant et développer ce qui serait une stratégie pour l'eSport, pour l'engagement des supporters envers leur club et pour continuer l'aventure du développement de la plateforme. Ce que je peux révéler maintenant, sans trop en dire... Vous savez que l'Italie est l'objet de toute notre attention... Et maintenant nous allons vous présenter un nouveau projet, ici en Italie et nous allons vous l'annoncer à la Milan Games Week (le 25 novembre). C'est très excitant et cela va toucher tous les niveaux de l'eSport et la communauté eFootball aux quatre coins de l'Italie." Peu après l'annonce de ce projet, que le club de Monza avait déjà évoqué dans le communiqué officialisant son partenariat avec eFootball, un court trailer sur le sujet, a été projeté dans la salle où se tenait la conférence en guise de conclusion et sur le compte Twitter officiel d'eFootball en anglais.



A l'écoute de la communauté


"Concernant la communauté, nous sommes en permanence à l'écoute. Nous écoutons, nous apprenons et pour la première fois nous avons mis en place un sondage de clientèle, c'est vraiment une petite révolution pour nous le fait de demander un retour et nous l'avons écouté. Et bien sûr, notre équipe de développement a une feuille de route concernant les nouveaux modes de jeu..."

"Je ne suis pas développeur, donc je ne peux pas vous dire avec précision 'voici la feuille de route, voici les dates' mais ce dont je peux vous assurer c'est, qu'en tant que plateforme, eFootball va évoluer, il va y avoir davantage de modes de jeu. Le temps est venu de partager des informations avec les utilisateurs et qu'ils puissent se projeter vers ces futures étapes, mais sincèrement, il y a des trucs très excitants à venir !"


Pourquoi le nom de PES a disparu


Interrogé par un spectateur de la conférence, par ailleurs casteur de l'unique édition de l'eSerie A sur PES 2020, David Monk a répondu à la question que s'est posée une bonne partie de la communauté des fans de PES au lancement d'eFootball : pourquoi ce changement de nom ? "Nous sommes partis de Pro Evolution Soccer en Europe et sur les marchés occidentaux, qui était aussi appelé Winning Eleven sur nos marchés asiatiques et orientaux. Et eFootball nous donnait l'opportunité d'uniformiser ce qui était sous deux titres différents en un seul. Et eFootball était une marque très forte. Le produit fait exactement ce qui est écrit sur l'emballage. Et nous souhaitions formuler une sorte d'engagement, que si vous voulez jouer à du football virtuel, automatiquement, eFootball serait la plateforme où vous devriez le faire. Et pour accompagner ce changement, on vous donne ce jeu gratuitement." "Quand vous êtes le premier à le faire, bien entendu vous vous exposez aux critiques. Clairement, quand avec la version 0.9 nous n'avons pas convaincu, revenir en arrière et mettre toute son énergie pour produire le jeu tel qu'il est ressorti en avril 2022, un jeu free-to-play compétitif, a été l'objectif de l'équipe de développement. Nous sommes revenus de loin en un temps très court." "Le changement de marque est fort, j'aime eFootball, c'est vraiment génial, c'est un terme qui était déjà utilisé dans l'univers de l'eSport depuis de nombreuses années et maintenant ce que nous allons faire, c'est établir comme LA plateforme pour tout ce qui touche à la version virtuelle du football." "Je comprends totalement que cela vous a demandé de la patience, mais j'espère que vous voyez maintenant que nous proposons un jeu très compétitif et aussi engageant."


Quid du script ?


Un autre spectateur a interpellé David Monk au sujet sur script dans eFootball, celui-ci est resté plutôt évasif. "Comme je l'ai déjà dit, nous écoutons. La communauté alimente Konami par ses retours, on fait des sondages ouverts désormais où nous recevons des informations et l'équipe de développement tient réellement compte de ces retours. Malheureusement, ce n'est pas mon boulot. Si je pouvais me renseigner au Japon, l'équipe de développement pourrait vous faire une réponse correcte." "Mais pensons à l'eSport et l'opportunité que nous avons là, parce que ce dont nous parlons, c'est que nous nous concentrons sur comment nous pouvons créer une opportunité pour, par exemple un joueur en Italie, un gameur de base, dans sa chambre, à la maison... C'est à ces gens-là que l'on veut donner des opportunités comme on le fait avec l'eFootball Championship Open pour pouvoir devenir des joueurs eSport professionnels. C'est sur quoi nous nous concentrons ici en Europe et bien sûr quand on parle de la plateforme sur laquelle on joue, tout le monde évolue sur le même terrain. De notre point de vue, la question est d'être capables de proposer un projet eSport compétitif avec l'eFootball Championship Pro, l'eFootball Championship Open et avec ce qu'on va développer ici en Italie."


Une captation intégrale de cette conférence, en anglais et italien, a été posté sur Youtube par E FOOTBALLER. Les sous-titres automatiques en français y sont disponible.

316 vues0 commentaire
bottom of page