top of page
  • Photo du rédacteurPedrito

Le lancement de l'eFootball Championship Pro éclipsé par les pathétiques manœuvres de Konami



Samedi 11 février devait être un jour de fête pour les fans d'eFootball, avec le coup d'envoi de la saison du circuit professionnel eSport officiel sur la licence, programmé en plein deuxième tour de qualification de l'Open.


On allait enfin voir du sport ! Mais la joie fut courte, pour ne pas dire anéantie avant même le début des festivités...


"Où sont nos 1.000 pièces ?" Dès la matinée de samedi, le chat de la chaîne Youtube officielle du jeu et les derniers posts de ses comptes sur les réseaux sociaux étaient pris d'assaut par des fans mécontents, réclamant 1.000 pièces eFootball promises en récompense du visionnage de la retransmission de l'eFootball Pro via le menu du jeu.





Une somme annoncée - sans doute par erreur - dans une publication diffusée la veille (vendredi 10 février) et retirée en catimini, sans la moindre rectification, explication ou excuse de la part de Konami, qui s'est contenté, le lendemain, de publier un message annonçant une récompense de 1.000 points eFootball, comme si de rien était.





Sauf que des milliers de fans n'ont vu que la publication la plus alléchante de vendredi qui avait, bien évidemment, suscité un nombre de partages bien plus important que les autres.


Une riposte numérique lamentable


Dans le même temps l'espace commentaires Youtube de la chaîne officielle d'eFootball était inondé de messages intrigants.


Alors que les canaux de communication de Konami sont d'ordinaire harcelés par les fans historiques de PES réclamant l'introduction de la co-op, de la Ligue des Masters ou encore du mode modifier, les messages des abonnés ont subitement changé. On pouvait alors lire, par centaines, des déclarations d'amour, notamment en portugais et en anglais adressées au jeu. Etrangement, certains de ces comptes, originaires du Moyen-Orient, s'expriment dans un parfait portugais, et de nombreux messages semblent être tout simplement copiés-collés. Aucun doute possible, il s'agit clairement d'une armée de faux profils payés pour tenter de noyer les commentaires négatifs. Une pratique aussi grossière que ridicule, que l'on démasque au premier coup d'oeil.





Cette découverte met alors la puce à l'oreille de plusieurs influenceurs spécialistes d'eFootball, dont notamment le vidéaste brésilien Renan Galvani, le streamer et coach eSportif allemand Mednasah ou encore les français Durandil et E Footballer. Ces derniers avaient enregistré, les jours précédents, une arrivée massive de nouveaux followers sur Twitter, par milliers pour certains. Tous avec le même profil : zéro abonné, zéro publication, avec des profils très similaires à ceux découverts sur Youtube et suivant tous les mêmes comptes dédiés à eFootball (voir à UFL pour tenter de faire plus crédible !).





Dernier rebondissement sur ce dossier : ce mardi 14 février, en milieu de journée, Konami a supprimé de sa chaîne Youtube la vidéo de l'épisode 2 du magazine consacré à la Coppa eFootball Italia, sous lequel avaient pullulé les commentaires suspects...





Au lieu d'investir dans des serveurs, du personnel chargé des relations clients ou encore le développement plus rapide de modes de jeu supplémentaires, l'éditeur d'eFootball préfère donc dilapider son argent auprès d'agences de communication aux méthodes plus que douteuses qui ne trompent plus personne en 2023 !


eFootball Championcheat Open


Comme disait un ancien président de la République française (on ne le nommera pas pour rester fidèles à notre neutralité politique, mais on vous dira simplement qu'il aimait les pommes, la bière mexicaine et les combats de sumos), "les emmerdements, c'est comme les hirondelles, ça vole en escadrille". Car cette journée de samedi fut, pour Konami, bien chargée en termes de bad buzz, shitstorm, scandales, appelez ça comme vous voulez...


Les joueurs amateurs participant à l'eFootball Championship Open ont eu une bien amère surprise au réveil. Alors qu'ils disputaient, depuis la veille, le deuxième tour de la compétition, ils découvraient, caracolant en tête du classement provisoire Playstation Europe & Afrique, le pseudo d'un participant banni de l'édition 2022 pour triche. Ce dernier affichait de nouveau un goal-average à peine croyable d'une moyenne de 7 ou 8 buts inscrits par match dans une compétition ou les rage-quits sont légions.





Ce laxisme incroyable dans la lutte contre les tricheurs de la part de Konami a fini de décourager une communauté déjà peu emballée par le format inéquitable de ce deuxième tour déjà décrié par le passé. Et lundi matin, à la clôture des classements, des dizaines de profils suspects aux statistiques impossibles trustaient les premières places qualificatives pour le troisième tour.

Un stream pas si exclusif


Les saisons précédentes, Konami laissait tout loisir aux streameurs indépendants de rediffuser les images de l'eFootball Championship Pro afin de pourvoir les commenter dans toutes les langues. Mais cette année, on ignore pour quelle raison, l'éditeur a interdit cette pratique, opposant une fin de non recevoir à quiconque en demandait l'autorisation en bonne et due forme. C'est notamment la réponse qui a été faite à Sossoblack, qui comptait proposer un direct sur ses chaînes Twitch et Youtube.


Quel n'a pas été le dégoût de ce dernier qui, après avoir renoncé, a découvert, samedi après-midi, la catégorie "eFootball" de Twitch remplie de nombreux lives amateur reprenant les images officielles sans la moindre restriction !





On dit donc "non" aux honnêtes gens qui demandent poliment et s'exécutent, mais de l'autre côté on n'exerce aucun contrôle auprès de ceux qui se sont servis sans le moindre scrupule. Trop bon, trop con. Nouvelle masterclass de communication maîtrisée !


On aurait aussi pu vous parler du commentateur argentin de la chaîne officielle d'eFootball qui avait un niveau d'anglais passable et beaucoup de mal à prononcer certains noms de joueurs ("Lofti" pour ne citer que lui...), ou bien des joueurs du Moyen-Orient qui ont été reversés sans avoir été prévenus dans la zone Europe & Afrique pour l'Open... Mais on va s'arrêter là !


Bref. J'ai passé mon samedi sur Twitter, et je n'ai vu passer aucun score de l'eFootball Championship Pro, aucune réaction, alors que je suis un fan "monojeu", suiveur assidu de l'actualité du titre. En revanche, mon fil d'abonnements a été alimenté tout au long de la journée par ces péripéties déplorables et dont le seul responsable est l'éditeur du jeu lui-même.


Nous vivons une ère où la communication et les relations client sont le nerf de la guerre et ce n'est pas avec des pratiques aussi minables, risibles et hors-sol que Konami s'en sortira.

342 vues0 commentaire

Comments


bottom of page