top of page
  • Photo du rédacteurPedrito

Règlement, connexions, absences... La phase finale de l'eFootball International Cup vire au fiasco

Dernière mise à jour : 11 déc. 2022



Organisée les deux premiers week-ends de ce mois de décembre, la phase de groupe du tournoi final de l'eFootball International Cup a été ruinée par une organisation aussi hasardeuse qu'injuste. De vives critiques ont fusé à l'issue de cet avant-dernier tour.


France, Angleterre, Uruguay... Ces grand pays de football ne compteront aucun représentant en phase finale de l'eFootball International Cup, organisée par Konami pour célébrer la Coupe du Monde cet hiver, à la grande surprise des fans et observateurs de la scène eSport sur eFootball.


Leurs représentants respectifs Lotfi Derradji (joueur pro, ex-Monaco et Celtic), Hugo Figueiredo (champion d'Angleterre 2022 et du Portugal 2019) et Williams Freire (joueur pro de Peñarol) ont tous les trois été victimes d'un mode d'organisation absurde et de règles changées arbitrairement en cours de route par l'agence japonaise à qui Konami avait confié la gestion du tournoi.


Pour bien comprendre ce qu'il s'est passé, penchons-nous en détails sur les mésaventures de ces trois champions, qui avaient décroché haut la main leur qualification pour ce tournoi final...


Commençons par Lotfi, archi favori face aux représentants de la Thaïlande et du Ghana dont il avait hérité pour disputer la phase de groupes. Seul problème, son "coéquipier" imposé, le joueur mobile arrivé premier des qualifications françaises, ne s'est pas présenté au rendez-vous !


Une défection qui a purement et simplement entraîné l'élimination du double champion de l'eFootball Pro ! Il a disputé ses deux rencontres pour valider son cash-prize sans aucun espoir de d'accéder au tour suivant et dans des conditions déplorables (très forte latence face à son adversaire thaïlandais entre autres).


"Ça ne fait pas sérieux" Dans ce groupe, le joueur mobile du Ghana a subi le même sort que le français puisque son binôme sur console ne s'est pas non plus présenté. Le joueur thaïlandais était donc assuré de se qualifier grâce à ces deux forfaits. Cette association forcée des joueurs mobile et console a pénalisé de nombreux joueurs en raison de l'absence ou de la disqualification de leur binôme.


"Cette compétition s'est déroulée dans les conditions les plus compliqués et frustrantes que j'ai pu faire en 8 ans de compétitions. En plus de la frustration d'être éliminé avant même de jouer à cause de l'absence du joueur mobile, après tant d'efforts pour me qualifier, ça ne fait pas sérieux pour une compétition qui se veut eSport".


"Je suis dégouté !" Son homologue portugais Hugo Figueiredo (représentant l'Angleterre où il réside) a lui aussi fait les frais de cette idée absurde de lier le sort des joueurs mobiles et consoles. Champion national sur console il a été exclu de la compétition tout simplement parce que son binôme mobile, qu'il ne connaissait ni d'Ève ni d'Adam, ne remplissait pas les conditions nécessaires pour participer au tournoi et a été disqualifié. "Le lieu de résidence ou les trucs comme ça devraient être vérifiés avant la sélection, pas après la phase de groupe du tournoi principal !", a suggéré Hugo sur Twitter.





"Je n'ai rien fait de mal !"


"L'admin* a demandé au joueur de lui fournir la preuve (de sa résidence au Royaume-Uni) mais ne lui en a pas laissé le temps et l'a exclu... l'empêchant ainsi de lui fournir alors qu'elle avait été envoyée via un formulaire sur le site de Konami ! On a demandé à personne d'autre (dans leur groupe) de prouver son lieu de résidence... Pourquoi demander à un seul joueur et pas à tout le monde ? Ce n'est pas juste ! Mon travail et mes efforts ont été directement impactés et je n'ai rien fait de mal !" (*Le tournoi est géré via Discord)


Règlement non respecté


L'Uruguayen Williams Freire a quant a lui fait les frais d'une mauvaise lecture du règlement par les organisateurs. "Les admins du tournoi font une énorme erreur en nous éliminant", a-t-il alerté sur Twitter.





Konami avait clairement annoncé sur le site officiel d'eFootball que les scores des deux matches (un sur mobile, un sur console) de chaque rencontre seraient cumulés. Or l'agence sous-traitant la gestion du tournoi a décidé, sans prévenir et sans aucune justification, d'appliquer une comptabilité séparée des résultats, faussant totalement les classements de plusieurs groupes.


L'Uruguay, par exemple, au lieu de battre nettement l'Arabie Saoudite 3-1 (0-1 et 3-0), s'est finalement retrouvé à devoir partager les points (3 et 3) avec ses adversaires.


Les Néerlandais ont, eux, été éliminés à la régulière, mais le joueur pro oranje Eldridge O'Niel (ex-Manchester United), a également vivement critiqué l'organisation sur les réseaux sociaux. "Cette compétition est une super initiative mais elle aurait du avoir lieu hors-ligne. La distance a été un problème avec les connexions de nombreux joueurs, gâchant tout le plaisir [...] Je l'ouvre parce que j'ai un peu d'influence et j'espère pouvoir apporter du changement à l'appréciation globale de ces compétitions", a-t-il expliqué. Il n'en a, hélas, rien été et Konami a validé les résultats sans broncher.





Enfin, on peut également s'interroger sur le choix des dates pour l'organisation de ce tournoi final, coïncidant avec les World eSports Championships de Bali (programmés depuis plus d'un an), au programme desquels figure eFootball avec la bénédiction de Konami.


Qualifié pour le mondial IESF, le champion sénégalais Momojuve a été contrait de disputer cette phase de groupe de l'eFootball International Cup sur le wifi à 5 Mb/s de son hôtel en Indonésie. Des conditions lui ayant interdit tout espoir de qualification alors que le champion d'Afrique, qui occupe régulièrement la première place de la Ligue eFootball online, figurait parmi les favoris.








165 vues0 commentaire

Comments


bottom of page