top of page

Konami fait n'importe quoi, épisode 15978 : ces cartes "épiques" n'ont rien à faire dans eFootball !

Dernière mise à jour : 13 sept. 2023



Ce jeudi 6 avril, nous vous annoncions une nouvelle plutôt réjouissante au premier abord : trois joueurs italiens en version "épique" sont disponibles dans la boutique de points eFootball. Ils sont peu connus du grand public, mais qu'importe, qui va cracher sur trois cartes épiques presque gratuites, bien qu'elles n'affichent que deux étoiles ? Sauf que ces joueurs sont tellement peu connus que cela a attisé notre curiosité. Et nous n'avons pas été déçu des résultats de nos petites recherches. Jugez plutôt... Le propriétaire... Le premier joueur proposé pour 5.000 points eFootball est Antonio Percassi. Ce défenseur a porté 110 fois le maillot de l'Atalanta en tant que joueur professionnel de 1971 à 1977. Il n'a connu aucun succès majeur à part le titre honorifique de meilleur buteur du club lors de sa dernière saison à Bergame. Il a décidé d'arrêter sa carrière de footballeur à 25 ans pour se lancer dans l'entreprenariat, avec succès puisqu'il est aujourd'hui milliardaire après avoir fait fortune dans le business des franchises. Une richesse qui lui a permis de racheter l'Atalanta en 2010. Il est encore aujourd'hui le propriétaire du club et c'est davantage à ce titre qu'il est connu en Italie.


Le concernant, on peut s'interroger quand à la légitimité de sa carte "épique" dans eFootball, mais pourquoi pas... ... et son fiston ! Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Car Antonio a un fils, Gianluca Percassi (usuellement appelé "Luca" tout court). Et lui aussi est doué balle au pied. Il intègre le centre de formation de l'Atalanta à la fin des années 90. Défenseur comme Papa, il tape dans l'œil des recruteurs de Chelsea où il part à 17 ans sans avoir disputé le moindre match professionnel avec l'Atalanta. Chez les Blues, il ne rentrera en jeu que deux fois avant de revenir bourlinguer dans les championnats inférieurs italiens. Retraité en 2004, il devient en 2010 le directeur administratif de l'Atalanta. Merci Papa ! Et donc, depuis ce jeudi, il a sa carte "épique" dans efootball, sous les couleurs du club Bergame, avec qui il n'a pourtant disputé aucun match officiel en seniors !


Là, vous vous dites que Konami a touché le fond, que ce n'est pas possible de se moquer à ce point des joueurs d'eFootball... Ahah, vous n'êtes pas prêts pour la suite avec le troisième joueur "épique" de cet arrivage légendaire ! Suspendu trois ans et demi !


Quand on connaît un peu le foot italien et qu'on pense à Monza, on imagine la foule de grands joueurs passés par le club qui pourraient être inclus dans eFootball sous forme de cartes "légendaires" ou "épiques" : Evra, K-P. Boateng, Costacurta, Di Biagio, Oddo, Massaro, Abbiati... Croyez-vous que Konami a choisi l'un d'entre ? Bien sûr que non !


On ne sait pourquoi ni comment, quelque part dans une tour de bureaux à Tokyo, quelqu'un a validé que le joueur "épique" le mieux placé pour représenter Monza était Vincenzo Iacopino, obscur joueur habitué des divisions inférieures italiennes (certes 156 et 10 buts sous le maillot rouge et blanc), mais surtout condamné à trois ans et demi de suspension pour son implication dans le grand scandale des matches truqués en Italie lors de la saison 2011-2012 ! Une sanction qui mettra un terme à sa carrière. Etrangement, l'apparition de ces trois cartes intrigantes n'a fait l'objet d'aucune communication de la part de Konami sur les réseaux sociaux, qui a pourtant lancé en grande pompe ce jeudi 6 avril sa campagne autour de la Coppa eFootball Italia auxquels les clubs de ces joueurs au pedigree discutable participent en tant que partenaires.


Alors que les fans attendent depuis maintenant près de deux ans des nouvelles du cross-plateforme, de la co-op, de la Ligue des Masters ou encore du mode modifier, les équipes de Konami semblent avoir du temps à gaspiller en produisant ce genre de contenu qui n'intéresse personne sauf peut-être les trois joueurs "épiques" a qui on a peut être cherché à faire un petit kiff pour on ne sait quelle raison...

158 vues0 commentaire

Comments


bottom of page